L’exposition « Trajectoires. Habiter l’éphémère: du « squat de migrants » aux « Jardins de la Poterie » » est en cours!

Entre juin 2016 et juillet 2017, à Rennes, dans le quartier de La Poterie, une ancienne maison de retraite laissée vide a été occupée par 170 personnes migrantes et sans-abri, soutenues par plusieurs associations. Initialement « squat », le lieu a été conventionné sous un régime inédit à partir de décembre 2016, reprenant alors le nom de « Jardins de la Poterie ».

Pousser les portes de ce lieu, c’est découvrir des expériences habitantes dans toute leur complexité. C’est saisir des ressentis, comprendre la vie dans un lieu, la vie d’un lieu dans une ville, la façon dont on prend soin de soi et des autres, dont on noue des liens sociaux et dont on mène son existence au sein d’un espace de vie partagé.

Cette exposition s’attache à rendre compte des multiples difficultés que rencontrent les migrant.e.s pour se loger en France. Pendant un an, nous avons été plusieurs à suivre les trajectoires des habitant.e.s d’un lieu de vie unique, des mobilisations associatives et des actions sociales, culturelles et politiques qui s’y sont produites.

L’exposition englobe différents regards, restitué à travers des photographies et des textes :

  • Le regard de chercheuses en sciences sociales qui se sont interrogées sur les modalités d’habiter l’éphémère, sur le droit à la ville et sa dimension politique, l’appropriation et la personnalisation de l’espace, les conséquences des politiques migratoires françaises et européennes sur les expériences habitantes des personnes migrantes. Ce travail de recherche s’effectue dans le cadre d’un programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) MIGSAN « Migrations et santé. Expériences de la santé et trajectoires de soins des populations primo-arrivantes en France » (porté par le CNRS à l’UMR ESO « Espaces et Sociétés » et hébergé par l’Université Rennes 2).
  • Le regard d’un photographe, François Lepage, qui porte depuis plusieurs années son regard sur les phénomènes migratoires, et qui s’est arrêté plus particulièrement sur les visages des femmes, des hommes, des enfants, des familles qui ont habité aux Jardins de la Poterie (https://www.francoislepage.com/contact/)
  • Le regard des associations de soutien aux migrant.e.s, notamment Un Toit c’est Un Droit, qui ont organisé la vie quotidienne à l’intérieur du lieu et à l’extérieur, notamment par l’organisation de concerts et diverses activités socio-culturelles.
  • Le regard de la Fondation Abbé Pierre qui lutte contre le mal-logement, et qui a apporté son soutien juridique et financier afin que le conventionnement puisse faire école et être dupliqué ailleurs en France.