L’exposition « Trajectoires. Habiter l’éphémère: du « squat de migrants » aux « Jardins de la Poterie » » est en cours!

Entre juin 2016 et juillet 2017, à Rennes, dans le quartier de La Poterie, une ancienne maison de retraite laissée vide a été occupée par 170 personnes migrantes et sans-abri, soutenues par plusieurs associations. Initialement « squat », le lieu a été conventionné sous un régime inédit à partir de décembre 2016, reprenant alors le nom de « Jardins de la Poterie ».

Pousser les portes de ce lieu, c’est découvrir des expériences habitantes dans toute leur complexité. C’est saisir des ressentis, comprendre la vie dans un lieu, la vie d’un lieu dans une ville, la façon dont on prend soin de soi et des autres, dont on noue des liens sociaux et dont on mène son existence au sein d’un espace de vie partagé.

Cette exposition s’attache à rendre compte des multiples difficultés que rencontrent les migrant.e.s pour se loger en France. Pendant un an, nous avons été plusieurs à suivre les trajectoires des habitant.e.s d’un lieu de vie unique, des mobilisations associatives et des actions sociales, culturelles et politiques qui s’y sont produites.

L’exposition englobe différents regards, restitué à travers des photographies et des textes :

  • Le regard de chercheuses en sciences sociales qui se sont interrogées sur les modalités d’habiter l’éphémère, sur le droit à la ville et sa dimension politique, l’appropriation et la personnalisation de l’espace, les conséquences des politiques migratoires françaises et européennes sur les expériences habitantes des personnes migrantes. Ce travail de recherche s’effectue dans le cadre d’un programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) MIGSAN « Migrations et santé. Expériences de la santé et trajectoires de soins des populations primo-arrivantes en France » (porté par le CNRS à l’UMR ESO « Espaces et Sociétés » et hébergé par l’Université Rennes 2).
  • Le regard d’un photographe, François Lepage, qui porte depuis plusieurs années son regard sur les phénomènes migratoires, et qui s’est arrêté plus particulièrement sur les visages des femmes, des hommes, des enfants, des familles qui ont habité aux Jardins de la Poterie (https://www.francoislepage.com/contact/)
  • Le regard des associations de soutien aux migrant.e.s, notamment Un Toit c’est Un Droit, qui ont organisé la vie quotidienne à l’intérieur du lieu et à l’extérieur, notamment par l’organisation de concerts et diverses activités socio-culturelles.
  • Le regard de la Fondation Abbé Pierre qui lutte contre le mal-logement, et qui a apporté son soutien juridique et financier afin que le conventionnement puisse faire école et être dupliqué ailleurs en France.

Exposition « TRAJECTOIRES », bientôt à Rennes

L’exposition « Trajectoires », tirée du travail de terrain sur le « squat » de la Poterie, et de la rencontre avec François Lepage, photographe, en partenariat avec l’association Un Toit c’est Un Droit et la Fondation Abbé Pierre (Bretagne), débutera le 12 février prochain à la BU centrale de Rennes 2.

Réservez votre jeudi 15 février, de 18h à 20h, pour le forum et le vernissage!

Café Géo à Nantes!

Café Géo à Nantes: « L’interprétariat médico-social et le prise en charge des demandeurs d’asile »

La thématique de ce Café Géo s’appuie sur une recherche pluridisciplinaire en cours, qui implique la géographie, la sociologie et la santé publique.

A trois voix, les intervenant.e.s présenteront les résultats de cette recherche conduite sur deux terrains en France (Bretagne et Alsace) et soulèveront les enjeux traversant aussi bien le domaine des migrations internationales (notamment la demande d’asile) et celui de la santé publique, en s’appuyant sur la figure de l’interprète et des structures qui contribuent à la professionnalisation de l’interprétariat dans le champ de la santé.

D’une part, en adoptant une approche socio-spatiale, les débats porteront sur les dynamiques de professionnalisation de l’interprétariat ainsi que les logiques d’engagement des interprètes. D’autre part, les propos porteront sur la mise en place de dispositifs d’interprétariat médico-social à destination des demandeurs d’asile. Comment, à différentes échelles du territoire (commune, département, région) se structurent ces dispositifs visant à favoriser l’accès aux soins et plus largement au droit d’un public identifié comme vulnérable ? Comment les acteurs locaux se mobilisent pour faire reconnaître un besoin social spécifique (l’interprétariat) ? Comment se mettent en place des coopérations au sein d’autres systèmes locaux ?

Les résultats seront analysés à la lumière de la question des mobilités : comment une double lecture des mobilités sociales et des mobilités spatiales des interprètes conduit à interroger les dynamiques de professionnalisation de l’interprétariat ainsi que les réalités d’exercice de ce métier à l’échelle nationale et locale.

Pascal Jarno, médecin de santé publique au CHU Pontchaillou à Rennes, présentera les la place l’interprétariat dans le système de santé publique français : comment l’interprétariat peut améliorer la prise en charge des patients ? Quelles sont les difficultés qui se posent, notamment en matière de coûts et d’adaptation des pratiques professionnelles ?

Anaïk Pian, enseignante-chercheuse en sociologie à l’Université de Strasbourg, reviendra sur l’analyse des carrières des interprètes dans le domaine de la santé, un métier majoritairement occupé par des personnes ayant elles-mêmes connu une migration, exercé suivant des profils très variés.

Anne-Cécile Hoyez, chargée de recherche au CNRS (UMR ESO/Université de Rennes 2), exposera les résultats de l’exploitation cartographique des agendas d’interprètes pour analyser les conditions d’exercice d’un métier particulièrement mobile, et pour interroger la dimension territoriale des ressources et besoins en interprétariat.

Programmes de recherche :

  • IMSODA : « L’interprétariat médico-social et la prise en charge des demandeurs d’asile » (financement Réseau National des MSH -2016-2017 / Coordination Anaïk Pian, Université de Strasbourg/UMR CNRS DYNAME)
  • MIGSAN : « Expériences de la santé et trajectoires de soins des populations primo-arrivantes en France » (financement ANR 2016-2019 / Coordination Anne-Cécile Hoyez, UMR 6590 ESO/Université Rennes 2)

Journée d’étude « Déplacements forcés de populations et « crise » humanitaire. Quelle politique européenne pour l’Europe? « 

Photo prise le 24/10/2017

Francesca Ligi et Anne-Cécile Hoyez ont présenté les recherches en cours dans l’ANR MIGSAN lors d’une journée d’étude organisée par Anaïk Pian et Smaïn Laacher (UMR DYNAME/ Université de Strabsourg).

Le programme est en ligne ici : https://dyname.unistra.fr/fileadmin/upload/DUN/fare/Colloques_seminaires/2017-10_programme_crise__humanitaire_exil.pdf

MIGSAN

Le carnet suit les avancées d’un programme de recherche ANR en cours (2016-2019) qui vise à:

  1. Aborder les trajectoires de soin du point de vue des primo-arrivants et des expériences vécues lors des épisodes de maladie, des conditions de logement et des changements dans la cellule familiale
  2. Analyser les contextes d’exercice des professionnels du secteur social, sanitaire et/ou associatif intervenant auprès des primo-arrivants
  3. Apporter un éclairage sur les dynamiques des structures et des équipes porteuses d’actions innovantes dans la santé et le soin