Équipe et crédits

Céline Bergeon est MCU en géographie à l’Université de Poitiers (UMR Migrinter). Elle a réalisé une thèse sur les pratiques de mobilités des familles de Gens du voyage en France et en Belgique (2010) dans laquelle elle a questionné le rôle des politiques publiques de stationnement sur l’évolution des habitudes de circulation des familles. Dans le cadre de sa participation au programme ANR Marg-in « Marginalisation/inclusion : les effets à moyen et à long terme des politiques de régulation de la pauvreté étrangère sur les populations-cibles : le cas des migrants dits « roms » dans les villes d’Europe occidentale (France, Italie, Espagne) » dirigé par Olivier Legros (MCU, Université de Tours), elle mène des recherches dans plusieurs villes européennes auprès des migrants internationaux qui vivent dans les squats et les campements illégaux. Elle questionne particulièrement les modes d’habiter et l’accès aux ressources de la ville en contexte de précarité résidentielle.

Bergeon Céline, Hoyez Anne-Cécile (2015). « Etre migrant et vivre en squat », L’Espace Politique. n°26-2.

Jean-Marc Chapplain, médecin hospitalier au CHU de Rennes, préside le Réseau Louis Guilloux depuis 2000.  Il a mis en œuvre l’ouverture de l’association d’un réseau de soins ville hôpital dédié à l’infection par le VIH, à la création d’un réseau de prise en charge pour les populations migrantes précaires à vocation régionale organisée autour d’un centre de santé ouvert en 2006 à Rennes. Médecin infectiologue, il est également médecin coordonnateur de la Permanence d’Accès aux Soins de Santé du CHU de Rennes et assure ainsi l’animation du réseau par la prise en charge et la coordination du parcours de soins des patients précaires.

Leroy H., Chapplain J.-M., Jarno P., Michel D. « Journée santé auprès d’une population précaire: une stratégie innovante « d’aller vers ». » Présentation orale au Congrès de Santé Publique ADELF – Novembre 2015 à Tours

Victoire Cottereau est géographe et ingénieure de recherche à l’UMR ESO (CNRS) . Elle a réalisé une thèse (2015) sur les praticiens à diplôme hors Union européenne (PADHUE) en exercice dans les hôpitaux publics français (Université de Poitiers / UMR MIGRINTER). Dans une approche liant la thématique de la santé à celles des migrations, elle a axé sa recherche sur la mise en lien des questionnements actuels sur les politiques de santé et de démographie médicale avec les projets migratoires et les parcours de ces migrants hautement qualifiés. Dans le cadre de ses travaux, elle a développé des méthodologies afin de pouvoir récolter simultanément les trajectoires individuelles des médecins dans trois domaines (familial, professionnel et migratoire). Ces compétences permettent une analyse précise des dynamiques de mobilités et la réalisation d’une cartographie de parcours professionnels et résidentiels.

Cottereau Victoire (2015). « Les “invisibles” de l’hôpital: Parcours et projets migratoires des praticiens à diplôme hors Union européenne (PADHUE) dans la région Poitou-Charentes », Thèse de géographie soutenue à l’université de Poitiers [sous la dir. D’E. Ma Mung et A.C. Hoyez]

Clélia Gasquet-Blanchard est MCU en géographie à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et chercheure associée à l’UMR ESO (CNRS). Ses travaux s’intéressent aux inégalités sociales et territoriales de santé. Après avoir soutenu en 2010 une thèse portant sur l’émergence du virus Ebola au Gabon et en République du Congo (Université Paris 10 – Nanterre), elle a poursuivi ses travaux de recherche sur les dynamiques socio-spatiales des pratiques de santé en France, avec un intérêt particulier pour les parcours de santé des femmes enceintes, les trajectoires des femmes primo-arrivantes et les relations patients/soignants. Elle a été responsable scientifique du programme de recherche Par’San (“Parcours de santé des femmes enceintes à Montréal”) de 2014 à 2015 et participe à d’autres programmes de recherche (dont l’ANR SHAPES jusqu’en 2017). Elle est très active dans l’animation scientifique et auteur de nombreux travaux phares en géographie de la santé.

GASQUET-BLANCHARD C. 2016, L’espace partagé du soin en temps d’urgence. Approche comparative de vécus de patients et soignants en service de néonatologie et en centre d’isolement.in BONNY Y., BAUTÈS N. et GOÜESET V., 2016, L’espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux, Presses Universitaires de Rennes. Coll. Géographie sociale. (à paraître)

GASQUET-BLANCHARD C., COLLOMBIER, M., 2015, Inégalités socio-territoriales de santé périnatale : les parcours de santé de femmes ayant accouché prématurément ou d’enfant avec un petit poids de naissance. Avancées en néonatologie n°35, Archives de Pédiatrie.

Estelle d’Halluin est MCU en sociologie à l’Université de Nantes (UMR CENS). Elle mène des travaux de recherche à la croisée de la sociologie du droit, de la santé et de l’immigration, notamment sur l’expertise médicale et psychologique dans les procédures d’asile, sur l’accès aux soins en santé primaire des primo-arrivants. Très impliquée dans son université de rattachement et dans le paysage scientifique français, elle est co-responsable de la thématique « dire la santé mentale aujourd’hui » de la MSH Paris-Nord, membre du comité scientifique de Terra, membre du conseil d’administration du COMEDE. Elle participe également à l’ANR AUTOMED où elle a en charge l’analyse d’une grande enquête sur les pratiques d’automédication et le suivi des recherches sur les postures des pharmaciens.

d’Halluin Estelle (2012). Les épreuves de l’asile : Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon. Editions de l’Ecole Pratiques de Hautes Etudes en Sciences Sociales (2012)

Anne-Cécile Hoyez est chargée de recherche au CNRS (UMR ESO / Université Rennes 2). Elle coordonne l’ANR MIGSAN. Géographe, spécialiste de la santé, elle travaille depuis sa thèse (2000-2005, Université de Rouen) sur une géographie de la santé située à la croisée du critical and cultural turn et de la géographie sociale. Elle est impliquée dans les réflexions en cours sur la portée de la géographie de la santé dans les SHS et les sciences de la santé, à l’échelle internationale et nationale . Elle travaille principalement sur les pratiques de santé des populations migrantes en France et au Royaume-Uni ; elle est auteure et co-auteure de plusieurs travaux sur ces questions. Elle a coordonné le programme de recherche « Santé et Migrations » (2011- financement MSHS -Poitiers) puis le programme MIGSAN (financement Réseau national des MSH en 2012-2015).

http://perso.univ-rennes2.fr/anne.cecile.hoyez

Pascal Jarno est médecin spécialiste en  santé publique depuis 1991. Au CHU de Rennes, il praticien hospitalier responsable de l’unité d’évaluation dans le service de santé publique. Il est également médecin coordinateur d’une structure régionale d’appui (le CAPPS Bretagne) concernant la qualité et la sécurité des soins et chargé d’enseignement à la faculté de médecine et à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes. Depuis 25 ans, il participe à des travaux sur l’accès, les trajectoires ou les parcours de soins (notamment concernant les migrants) ; sur l’implication des patients et de leurs représentants dans la régulation du système de santé ; et sur l’évaluation des pratiques et les facteurs d’appropriation par les professionnels des recommandations de bonne pratique.

Il est membre du bureau du RLG depuis 2006 dans le cadre duquel il est plus impliqué sur le pôle « interprétariat », il a coordonné un certain nombre de travaux d’évaluation et y anime une commission recherche.

Leroy H., Jarno P., Chapplain J.-M. et coll. « Mieux repérer la souffrance psychique des patients migrants primo-arrivants en consultation de médecine générale et limiter les ruptures de suivis psychiatriques ». L’information psychiatrique. (91-3/2015). pp 243-254.

Hélène Leroy est médecin coordonnateur du CMLG, infectiologue attaché au CHU de Rennes dans le service de maladies infectieuses et au centre de consultations de médecine des voyages. Elle coordonne également avec le Dr D. Michel, le Centre de Lutte anti-tuberculose du département d’Ille et Vilaine. Elle anime le dispositif régional d’appui aux professionnels pour la prise en charge des migrants (DATASAM) du RLG, collabore avec le réseau de recherche MIGSAN et fait partie, au niveau national, des membres de l’Observatoire de la Santé des Etrangers (ODSE). Elle a participé à différents projets de recherche dans le champ de la santé des migrants (projets innovants de dépistages, évaluation en santé mentale, santé materno-infantile). Au niveau international, elle participe activement aux projets du GIP Esther[1] de coopération inter-hospitalière avec les hôpitaux du Burundi.

Leroy Hélène (2015). « Migrants et santé ». Pratiques N°69. pp 75-8.

Hélène Marche est docteure en sociologie spécialisée en sociologie du corps, des émotions, de la maladie et de la santé. Après avoir mené une thèse soutenue en 2009 sur l’expérience du cancer et le travail relationnel des professionnels au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST-Cers UMR 5193, Université Toulouse 2), elle a réalisé entre 2010 et 2013 une recherche post-doctorale CNRS au laboratoire Espaces et Sociétés (ESO-Rennes UMR 6590) dans le cadre du programme INVUSO financé par l’Institut National du Cancer et intitulé « Trajectoires des malades, contextes de soins et inégalités sociales. Etude croisée des formes de vulnérabilité des patients atteints de cancer en évolution et des patients immigrés et étrangers en Bretagne ». Elle a ensuite participé au programme de recherche PROSIDOCS en SHS et santé publique « Place et rôle des professionnels de santé dans l’information délivrée aux femmes sur le dépistage organisé du cancer du sein » financé par l’Institut National du Cancer (HCTI EA 4249, Université de Bretagne Occidentale ; janvier 2014-décembre 2014), puis a contribué en tant que chargée de recherche au programme ANR SOCIORESIST en réalisant des travaux sur les résistances des patients à la chronicisation de la maladie grave (Centre Max Weber UMR 5283, Université Jean Monnet ; janvier 2015-décembre 2015).

Marche H. et Pian A. [2014], « Vieillir et faire face au cancer : des ressources objectives aux ressources sélectives », SociologieS, Premiers textes, http://sociologies.revues.org/4798.

Anaik Pian est MCU en sociologie à l’Université de Strasbourg (UMR DynamE). Ses travaux portent sur les migrations internationales et la santé, plus précisément sur les trajectoires de soin des étrangers en situation de précarité, et les situations d’interprétariat profane et professionnel. Après une thèse sur les espaces-frontières au Maroc (2003-2007), elle a participé à un projet ANR sur les « migrations de transit en Afrique », puis, en 2010-2013, a réalisé une recherche postdocorale à l’Université de Bretagne Occidentale (Labers) dans le cadre du programme INVUSO financé par l’Institut National du Cancer et intitulé « Trajectoires des malades, contextes de soins et inégalités sociales. Etude croisée des formes de vulnérabilité des patients atteints de cancer en évolution et des patients immigrés et étrangers en Bretagne ». Elle coordonne actuellement (2016-2017) le projet PEPS du RNMSH, intitulé IMSODA « L’interprétariat médico-social et la prise en charge des demandeurs d’asile. Enfin, elle participe au projet ANR Babels « La ville comme frontière. Ce que les villes font aux migrants, ce que les migrants font à la ville. D’une ethnographie multi-site à une anthropologie publique » (2016-2018) coordonné par M. Agier.

« Care and migration experiences among foreign female cancer patients in France: neither medical tourism or therapeutic immigration », Journal of Intercultural Studies, vol. 36, n°6, p. 641-657.

De l’accès aux soins aux « trajectoires du mourir ». Les étrangers atteints de cancer face aux contraintes administratives, Revue Européenne des Migrations Internationales, 28 (2), pp. 101-127. (2012).

Sylvie Morel est sociologue et ingénieure de recherche  à l’UMR ESO (CNRS) . Elle a réalisé une thèse (2014) sur les inégalités
géographiques et sociales dans l’accès aux soins d’urgence en France. Sa démarche de recherche mêlant enquête de terrain en immersion et approche statistique des trajectoires suivies par les patients avant leur arrivée aux services d’urgence, permet de mettre à jour l’existence d’un système d’accès aux soins à plusieurs vitesses sociales. Elle poursuit actuellement ses travaux sur les inégalités sociales et géographiques d’accès aux soins en étudiant, entre autres, l’usage des outils connectés dans le domaine des transports sanitaires privés.

« La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé »,», Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016.

Francesca Ligi est étudiante en M2 Intervention Sociale, Conflits et Développement (Université de Strasbourg). Elle est aussi intervenante sociale pour le Service d’Hébergement d’Urgence 115 du Bas-Rhin. Elle participe au programme à partir de juin 2017 au titre de « partenaire-terrain »  à Strasbourg.

Faustine Viellot-Tomic est étudiante en M2 Dynamiques sociales, aménagement des espaces et territorialités (Université Rennes 2). Elle réalise un mémoire de recherche portant sur la précarité résidentielle des migrants au prisme de l’habiter en squat. Elle est stagiaire dans le programme de mars à juillet 2017.

 

 

  • Rédacteur en chef : Anne-Cécile Hoyez
  • Équipe de rédaction :
  • Crédits graphiques : LM graphic studio (Laure Jouanny et Mathieu Renard) http://lmgraphicstudio.tumblr.com